La Turquie …. Et le discours de la haine contre l’Europe

Nov 3, 2019

La crise de l’invasion turque en Syrie révèle l’hostilité des Turcs envers la France et l’Union européenne.

Salah El-Bolok

Une manœuvre majeure a eu lieu devant le monde entier entre la Turquie représentée par son président Recep Tayyip Erdogan et les États-Unis représentés par le président Trump. Car le retrait des forces américaines du nord de la Syrie et les sanctions économiques imposées à la Turquie visaient à faire pression sur les Kurdes et les Turcs pour qu’ils acceptent le statut préétabli. Et la défaite du projet politique de la Turquie en Syrie visant à renverser le régime par la force armée n’a pas empêché la Turquie de maintenir son influence contre (la Russie et l’Iran).

Cinq heures de négociations entre le président turc et le vice-président américain, dans un climat de tension dans lequel les États-Unis ont réussi à imposer un cessez-le-feu, tout en assurant le retrait des forces kurdes à moins de 20 kilomètres de la frontière turque, en échange de la levée des sanctions contre Ankara, ce qui considéré comme un instrument qui donne une légitimité aux objectifs turcs presque atteints.

La révélation la plus marquante de la crise d’hostilité exagérée de la part de la Turquie à l’égard des pays de l’Union européenne, qui s’est manifestée dans le récent discours d’Erdogan devant l’organe parlementaire du Parti de la justice et le développement, Il a accusé les pays occidentaux opposés à sa campagne militaire contre la Syrie de soutenir le terrorisme et a distingué la France d’une part importante de l’attaque, dans un nouveau cycle de déclarations qui révèlent la profondeur des différences franco-turques.

Il a souligné qu’il existe des tunnels (utilisés par les organisations terroristes) en Syrie sur plus de 90 km et que le ciment sur lequel ces tunnels ont été construits provient d’une société française, demandant des éclaircissements à la France.

Les sanctions européennes contre la Turquie

Les ministères français des Affaires étrangères et de la Défense ont annoncé le gel de toutes les exportations françaises d’armes vers la Turquie dans le cadre de son opération militaire dans le nord-est de la Syrie, dans le cadre d’une série de résolutions similaires interdisant les exportations d’armes vers la Turquie, adoptées par plusieurs pays européens contre le président turc Recep Tayyip Erdogan, en réponse Sur l’agression turque en cours contre les Kurdes dans le nord de la Syrie.

L’Allemagne a interdit les exportations d’armes vers la Turquie en réponse à l’opération militaire d’Ankara contre les Unités de protection du peuple kurde syrien dans le nord de la Syrie. Citant le journal Bild am Sonntag du ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas.

Erdogan a commenté les menaces du ministre allemand des Affaires étrangères, Haiku Mas. En ce qui concerne l’arrêt de la vente d’armes à la Turquie : “Cet homme ne connaît pas ses limites, et sa menace ne nous fait pas peur. Ce sont les perdants, pas nous. Ce ministre ne connaît pas la politique, car s’il l’avait su, cela ne se serait pas passé de cette façon.”

La ministre norvégienne des Affaires étrangères, Ayna Soredi, a annoncé la suspension des exportations d’armes norvégiennes vers la Turquie. Elle a expliqué que “la situation est complexe et qu’elle évolue rapidement, le ministère des Affaires étrangères ne tiendra pas compte, dans le cadre d’une action préventive, de toute demande d’exportation d’équipements de défense et d’équipements à usages divers en Turquie, jusqu’à nouvel ordre”.

Le ministère néerlandais des Affaires étrangères a annoncé aujourd’hui que les Pays-Bas avaient suspendu toute nouvelle expédition d’armes à destination d’Ankara à la suite de l’agression lancée mercredi par la Turquie dans le nord-est de la Syrie. Le ministère néerlandais des Affaires étrangères a déclaré à l’Agence France-Presse : “Les Pays-Bas ont décidé de suspendre toutes les commandes à l’exportation Equipement militaire à la Turquie en attente de l’évolution de la situation. ”

Les gouvernements finlandais ont annoncé la suspension des nouvelles exportations d’armes vers la Turquie en réponse à l’agression turque en cours contre les Kurdes dans le nord de la Syrie. Le Premier ministre finlandais Antti Rehn a déclaré que les nouvelles demandes de permis pour l’exportation d’armes et d’équipements de défense en Turquie ne seraient pas approuvées. Il a ajouté que les nouvelles licences d’exportation d’armes seraient interdites pour tout autre pays impliqué dans l’attaque de la Syrie.

Selon le bureau des statistiques de l’Union européenne, l’Union européenne a exporté 45 millions d’euros d’armes et de munitions vers la Turquie l’an dernier, principalement par l’Italie, suivie de l’Espagne, du Royaume-Uni et de l’Allemagne.

Le président turc a minimisé les récentes sanctions imposées à la Turquie, affirmant que son pays “est désormais un pays capable de se prendre en charge et fournit environ 70% de ses besoins liés aux industries de la défense. « Nous produisons les armes que nous utilisons face au terrorisme, à la fois interne et externe ».

Erdogan a demandé plus d’une fois aux pays occidentaux : “Permettez-moi de vous poser une question : qui est votre allié ? La Turquie, le SDF ou ISIS ? C’est cette organisation (SDF) qui a libéré des membres de l’Etat islamique de prison et vous n’avez pas dit un mot.”

Le commandant des “Forces démocratiques de Syrie”, Mazloum Abdi, dans une interview à la chaîne “Rudaw” kurde : “Nous avons arrêté les militants de l’Etat islamique arrêtés et leurs familles, et nous déterminons leur sort.”

Abdi a souligné que les Kurdes n’accepteraient pas de livrer les terroristes de l’Etat islamique à la Turquie ou au gouvernement syrien, même s’ils contrôlaient le territoire sous le contrôle des SDF.

L’Europe, principal partenaire économique et principal allié stratégique face à cette intransigeance turque et à cette rhétorique haineuse, ne peut que prendre davantage de mesures économiques qui sont devenues la seule porte permettant d’influencer la décision d’Erdogan Et de le forcer à arrêter ses politiques difficiles qui cassent les valeurs de l’UE.

Les sanctions économiques possibles

– Imposition de droits de douane sur les marchandises turques importées dans les pays de l’UE

– Interdiction d’entrée de certains produits et les remplacer par des produits provenant de pays concurrents

– Geler certains investissements existants d’entreprises européennes.

– inciter les investisseurs européens des marchés boursiers, des marchés monétaires, des titres de créance d’État ou même de l’immobilier à retirer certains investissements du marché.

– Adoption d’une législation spéciale interdisant les transactions commerciales avec la Turquie.

Rapports de violations des droits de l’homme lors de l’attaque. Le meurtre de civils et d’enfants et le déplacement en masse de centaines de milliers de personnes obligeront toutes les parties à intensifier leurs actions contre la Turquie. Les pays européens et le Haut-Commissariat aux droits de l’homme pourraient devoir encore intensifier leurs efforts. Ce qui peut constituer une menace de poursuites pour crimes de guerre.

À LIRE AUSSI

Mazloum Abdi : Le déploiement de l’armée syrienne dans le nord de la Syrie s’est déroulé selon des “arrangements” et non pas un accord complet. Nous avons besoin d’un accord politique pour l’avenir de la région.

Mazloum Abdi : Le déploiement de l’armée syrienne dans le nord de la Syrie s’est déroulé selon des “arrangements” et non pas un accord complet. Nous avons besoin d’un accord politique pour l’avenir de la région.

Commandant en chef de la « Syrie démocratique » : Nous avons informé "Washington" de l'emplacement de "El-Baghdadi" depuis mai dernier ... Notre confiance aux États-Unis au plus bas niveau ... Et continuons de coopérer avec la coalition internationale contre "ISIS". -...

Share This