“ISIS” après Al-Baghdadi … Extinction ou renouvellement

Nov 5, 2019

 

Ekram Zeadah

Selon le président américain Donald Trump. Cinq ans après l’annonce de l’émergence du prétendu “califat d’Is”. Terminé par l’assassinat du chef de l’organisation terroriste Abu Bakr al-Baghdadi par les forces américaines à Idlib, en Syrie, L’annonce américaine officielle du meurtre du dirigeant de l’Etat islamique est venu mettre fin au premier recherché dans le monde et ouvre des questions sur le sort du califat “Daesh” après El-Baghdadi ?! Donc, L’élimination du dirigeant de l’État islamique signifie-t-elle la fin de l’organisation de la terreur, des massacres et du chaos dans les zones irakiennes et syriennes pendant des années et de la propagation de ses cellules dans d’autres pays ? Ou est-ce juste un coup que l’organisation va surmonter et continuer son activité terroriste ? L’organisation terroriste sera-t-elle en mesure de surmonter ce choc et de revenir menacer la sécurité mondiale ? Ou sera-t-elle divisé en plusieurs groupes ? En plus des questions sur qui va succéder à Baghdadi.

L’hommage rendu par Trump à l’assassinat du numéro un recherché en Syrie et en Irak nous rappelle le président George W. Bush. Il y a treize ans, Quand le chef d’Al-Qaïda en Irak, Abou Moussab Al-Zarqaoui, avait été tué. Bush a qualifié l’opération à l’époque de “coup majeur porté à l’organisation et de victoire importante dans la guerre contre le terrorisme”. Cela nous rappelle aussi quand Le président Obama a annoncé en 2011 la mort d’Osama Ben Laden, dirigeant d’Al-Qaïda, en imaginant que tuer les chefs du terrorisme signifierait la fin de leurs organisations, mais le contraire s’est produit.L’État islamique, l’organisation la plus sanglante au Moyen-Orient de l’ère moderne, est née. En Irak et au Levant, “dont l’influence s’est développée rapidement et a envahi de nombreuses terres et où les meurtres, les viols et les déplacements ont été répandus. Alors qu’Al-Qaïda est resté et n’a pas pris fin avec la mort d’Oussama ben Laden et que ses cellules sont toujours actives dans plus d’une région, notamment en Libye, au Yémen, en Égypte et sur la côte africaine.

Chaque fois qu’un coup majeur au terrorisme est déclaré, il devient plus fort que jamais et, comme preuve, ISIS, qui est issu du groupe de Zarqawi et s’incarne dans une organisation bien organisée. Il est capable d’utiliser la technologie, la communication et la propagande pour réussir à répandre la terreur comme aucun autre groupe ne l’a fait auparavant.

Les organisations extrémistes, notamment religieuses, “ne sont malheureusement pas très affectées par la perte de leurs dirigeants. Elles deviennent un peu déçues pendant un certain temps, mais elles réalignent rapidement ses papiers et se réinsère très rapidement. Car La chute du dirigeant ou de l’organisation ne signifie pas la chute de l’idée. Les organisations se terminent et apparaissent sous de nouveaux noms et copies avec les mêmes orientations, la même littérature et les mêmes idées, en présence d’un vaste héritage de références, de méthodologies et de pensées takfiristes idéologique, à travers lesquelles des dizaines d’organisations qui produisent la violence et le meurtre sous le couvert de la religion et sous le projet de l’établissement du califat.

Les scénarios de l’avenir d’ISIS

Le premier scénario – Effondrement et fragmentation de ISIS :

Baghdadi dirigeait l’EI depuis 2010, alors qu’il comptait moins de 1 000 combattants, quatre ans plus tard, il a créé une sorte d’État en Irak et en Syrie. ISIS a été associé au nom et au projet de l’État d’Abou Bakr al-Baghdadi et n’a pas été associé à l’idée de jihad mondial proposée par Oussama ben Laden pour cibler les intérêts américains et occidentaux au Moyen-Orient. Ce qui signifie que cela est susceptible de secouer l’organisation et ses restes. Dans de nombreuses zones géographiques où il cherche à trouver un incubateur organisationnel pour lui, à cause des lourdes pertes en Syrie et en Irak, qui l’ont représenté au pays du califat.

Il se peut aussi être difficile de trouver un alternatif pour Al-Baghdadi dans les prochains ans, qui peut être en même niveau que lui idéologiquement et au plan organisationnel, ce qui augmente la possibilité de la faiblesse de l’organisation.

ISIS n’a pas d’autre choix que de revenir à son ancien poste de petit partenaire d’Al-Qaïda. Ou même la défection de certains de ses éléments et leur accession à ‘’Al-Qaida’’ (Al-Qaida mère), et la retraite des organisations qui ont adhéré sous sa bannière de l’allégeance à lui.

Le deuxième scénario – la continuation de ISIS :

Sans aucun doute, La mort d’Al-Baghdadi aura un impact négatif sur le groupe État islamique, mais selon certains experts et analystes militaires, cela ne signifie pas la fin de l’organisation, elle a perdu toutes les zones qu’elle contrôlait en Syrie et en Irak, mais elle est toujours active et possède des cellules dormantes au Dans différentes régions du monde, certains de ses combattants opèrent toujours dans le désert syrien, dans les campagnes de Homs, Deir Ezzor, la frontière entre la Syrie et l’Irak et certaines villes irakiennes. Le Pentagone estime qu’entre 14 000 et 18 000 militants de l’Etat islamique opèrent toujours en Irak et en Syrie.

L’organisation s’était également étendue structurellement depuis la capitale dite du « califat » jusqu’au Yémen et à l’Égypte, en passant par l’Asie et l’Afrique, à plus d’une douzaine d’États. Ces cellules, originaires de ces régions, opèrent séparément et n’ont pas été commandées directement par les ordres d’Al Baghdadi, ce qui signifie qu’elles existeraient encore après sa disparition.

Les États et les branches représentant l’incubateur géographique et organisationnel de l’organisation lui permettront de rester dans le contexte de la confrontation armée avec les divers régimes des régions où elle est basée, de réorganiser sa structure et d’organiser ses documents internes sous un nouveau leadership, pour faire déplacer les branches sans être au centre de la scène.

Rien n’indique que ISIS se terminera bientôt. Les deux principaux facteurs qui ont poussé l’ancien État islamique d’Iraq à redynamiser l’organisation et à devenir une véritable menace mondiale – le conflit syrien, la polarisation politique et les tensions sectaires en Irak – demeurent et joueront un rôle essentiel dans l’avenir de la région.

Il existe également deux principaux dangers qui pourraient ramener le ISIS à la scène. Le premier et le plus important d’entre eux est l’évasion possible des combattants de l’Etat islamique détenus dans les prisons du SDF. Environ 12 000 combattants et 70 000 membres de leurs familles se trouvent également dans des camps contrôlés par les SDF, comme celui de Hol.

Deuxièmement, les services de renseignements occidentaux craignent de plus en plus que, si les combattants de l’Etat islamique parviennent à s’échapper des prisons du SDF, certains des militants rentreront en Europe d’une manière ou d’une autre et planifieront d’autres attaques, comme à Londres, Paris, Barcelone et ailleurs.

Le meurtre d’al-Baghdadi va bouleverser les rangs de l’organisation jusqu’à ce qu’elle choisisse une nouvelle direction ou fusionne le reste avec une organisation plus grande (telle qu’al-Qaïda ou des entités affiliées). Ou peut-être se sépare-elle en petits groupes djihadistes.

Mais la mort de Baghdadi pourrait également servir de prétexte à la vengeance, en particulier si les combattants s’échappent des prisons kurdes où ils vivaient dans de très mauvaises conditions, alors l’organisation deviendra plus forte et plus nombreuse.

La nature idéologique et institutionnelle de l’Etat islamique fait de l’assassinat d’al-Baghdadi un revers. L’élimination d’ISIS reste un acte composite visant à vider ses poches qui sont éparpillées dans de nombreuses régions du monde. Ce n’est qu’en mettant fin aux conflits armés, en s’engageant dans des programmes de réforme, en instaurant la stabilité et la démocratie, en adoptant des plans pour contrer l’intellectualisme, en corrigeant le discours religieux et en supprimant les conditions qui ont créé l’organisation, les pays de la région pourront se débarrasser de l’extrémisme violent.

 

À LIRE AUSSI

Erdogan. Sultan du terrorisme

Erdogan. Sultan du terrorisme

Lundi 04 novembre 2019 16 :23 Salah Elboulk La fierté est enracinée en lui, dominée par la vanité et agissant avec l'autorité des dieux grecs, il possède une formidable capacité de jouer le rôle quand il veut connoter qu’il ne croit pas en une idée, Rapide à la colère...

Share This