Les défis de la présence française au Sahel africain

Déc 18, 2019 | Études

L’ambiguïté de la position des dirigeants africains et le terrorisme sont des obstacles de la réalisation des objectifs de la France

La région du Sahel africain est l’une des zones géopolitiques les plus importantes qui suscitent la préoccupation des États, dont la France, en raison de ses risques sécuritaires dus aux menaces du terrorisme international et du crime organisé en particulier, que la région fait peser sur le système international, sans parler de ses considérations géo-économiques (ressources de la région) et leur lien avec la nature de la concurrence internationale.

Paris avait pris la décision d’intervenir au Mali en janvier 2013 pour contrer l’avancée du “Mouvement National pour la Libération de l’Azawad” – formé à l’occasion du retour de milliers de combattants touaregs de Libye, après la chute du régime de Kadhafi, ceux qui se sont alliés plus tard aux Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest, liés à al-Qaïda au Maghreb islamique et au mouvement Ansar Al-Din au sud, afin de les empêcher d’avancer vers la capitale financière, Bamako, après que ces groupes ont pris le contrôle de la ville de Konna, à 600 km de la capitale.

Selon le Premier ministre, la France vise à atteindre trois objectifs :

  • Pour arrêter l’avancée des groupes terroristes vers le sud
  • Préserver la présence financière de l’État et restaurer son unité territoriale
  • Préparer le déploiement de la force d’intervention africaine autorisée par la résolution 2085 du Conseil de sécurité en décembre 2012.

Ces objectifs immédiats, qui sont confiés au territoire malien, n’annulent pas la vision de la France à ses objectifs stratégiques (sécuritaires et économiques) au Sahel et au-delà. Pour la France, les combats au Mali visent principalement à sécuriser le Niger, le Tchad, le Burkina Faso et la Mauritanie.

La France est bien consciente du jeu de dominos joué par les groupes terroristes djihadistes qui peuvent être employés par des opposants au Mali ; si le Mali tombe entre ses mains, d’autres pays tomberont tôt ou tard, ce qui nécessite l’imposition d’une opération Domino inversée, qui inverse complètement la tendance en frappant les mouvements terroristes dans la région et en empêchant toute agression similaire contre les États voisins fragiles et vulnérables (sous influence française).
La stabilité des groupes au Sahel depuis longtemps (Mali, Niger, Mauritanie …) est une préoccupation sécuritaire pour la France. Le ministre français de la Défense, Florence Parly, avait mis en garde contre la même distance entre Gao et Paris et entre Mossoul et Paris. « Notre objectif, c’est aussi d’avoir plus d’Européens en première ligne avec la France et les États du Sahel », rappelle-t-elle.

Les opérations françaises au Sahel africain, qui comptent 4 500 soldats, ont été regroupées sous le nom de l’opération Barkhane, elle aspire à déployer des forces spéciales, parallèlement à l’opération Barkhan, en 2020, dans le cadre d’une unité interarmées appelée “Takuba”, afin de suivre le rythme des forces armées maliennes.

Les défis auxquels les Français sont confrontés face à l’expansion terroriste dans la région du Sahel africain se sont élargis, avec des indications que les parties et les États concernés donnent la priorité à leurs propres intérêts, et la dégradation de leurs obligations envers la coopération en matière de sécurité entre eux selon une stratégie qui nécessite une intégration pour contenir les menaces immédiates et les défis futurs auxquels la région est confrontée.

La détérioration de la situation en matière de sécurité et la propagation croissante des groupes terroristes :

Les régions du Sahel africain, selon l’indice mondial du terrorisme publié chaque année par l’Organisation économique et de la paix pour l’année 2019, ont connu une détérioration de la situation sécuritaire et du nombre de décès dus au terrorisme, contrairement à de nombreuses régions du monde qui ont connu une amélioration des conditions, ce qui en fait la deuxième au monde après l’Afghanistan, dépassant la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, qui est devenu la troisième en 2018.

Où il y avait plus de 100 décès supplémentaires aux Mali, Mozambique et Nigéria au cours des dernières années.

Le sahel africain sera le foyer du terrorisme le plus violent du monde dans un avenir proche, puisque 95% des opérations mondiales ont lieu dans ces zones instables, et les quatre pays les plus brûlantes de la région sont, : le Mali, le Mozambique, le Burkina Faso et le Nigéria ; La région du Sahel en Afrique est la région la plus volatile du monde. Par exemple, et pas exclusivement, la troisième semaine d’avril 2019 a été témoin de (14) attaques terroristes sur (24) opérations qui ont secoué le monde avec 58% du nombre d’opérations terroristes, selon l’indice du terrorisme pour l’observatoire de la fatwa takfiri et les avis purs et durs de la maison égyptienne Ifta, et en novembre dernier, 13 soldats français ont été tués alors qu’ils participaient à une opération militaire contre des extrémistes au Mali.

L’annonce par ISIS de son déploiement officiel au Burkina Faso, en plus de sa mise en œuvre de sa première opération terroriste en République démocratique du Congo, indique une tendance dangereuse que l’Afrique pourrait prendre avec l’escalade des opérations terroristes et le risque du retour d’environ 6000 combattants africains qui ont combattu avec ISIS en Syrie et en Irak, selon Smail Chergui, commissaire du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine, a appelé les pays à se préparer à cette menace.

Les terroristes exploitent l’instabilité, le vaste désert et le manque de coordination entre les pays voisins. L’hypothèse selon laquelle les groupes terroristes cherchent à s’installer et à se concentrer davantage dans les régions en crise et en conflit est renforcée, profitant des conditions vécues par la population et les gouvernements centraux.

Mady Ibrahim Kante, spécialiste des affaires africaines et professeur à l’Université de Bamako au Mali, confirme que: La nature de la région du Sahel africain a facilité la propagation des groupes terroristes, en raison de nombreuses circonstances telles que les frontières incontrôlées, la facilité de se déplacer d’un endroit à l’autre, ainsi que la facilité d’obtenir un permis de voyage et de nationalité pour l’un des 15 pays de l’organisation de la CEDEAO, ces circonstances ont facilité le mouvement des groupes extrémistes djihadistes et du crime organisé, et ont accru les opération de ventes et d’achats, ainsi que plusieurs des entreprises européennes ont eu des relations étroites avec ces djihadistes pour faciliter le mouvement de leurs affaires, il y a également un transfert effrayant de gros fonds d’un pays à un autre et de plusieurs comptes qui ne peuvent pas être facilement suivis, ce qui facilite la fourniture d’un financement important aux groupes extrémistes, dont beaucoup peuvent contrôler les champs de pétrole ou les mines de métaux précieux et autres.

Cinq groupes terroristes très dangereux pénètrent dans le continent africain et ont des liens avec al-Qaïda, qui sont : “Boko Haram” au Nigéria, “Al-Qaïda au Maghreb islamique” au nord du Grand Désert, le mouvement des jeunes combattants somalien et le mouvement jihadiste Ansar al-Din au Mali et le mouvement “Tawhid et Jihad” en Afrique de l’Ouest.

Une haine en croissance de la présence française

“La question des” pertes humaines “acquiert une importance particulière dans l’analyse des conflits armés en général, elle peut se référer aux capacités de leurs parties, à leur développement ou à leur contraction, en plus de leurs répartitions géographiques et de leurs échelles atemporelles”; et elle a des indicateurs qui rendent les réactions importantes pour les parties concernées dans le développement de leur stratégie envers ces groupes mondiaux qui ne voient pas les frontières de l’État islamique, et ils peuvent se propager et se déplacer n’importe où.

Les pertes subies par la France le mois dernier étaient les plus élevées depuis août 2008, lorsque 10 de ses soldats ont été tués dans la vallée d’Uzbin en Afghanistan lors d’une mission similaire.

Ces lourdes pertes ont pesé sur les dirigeants français, après une vague de controverse et de critiques en France sur la continuation des forces françaises à l’extérieur des frontières.

La rue française elle-même s’oppose à cette ingérence. Ce qui a exaspéré le président Macron contre les dirigeants africains qui sont censés être partenaires de la France dans la lutte contre le terrorisme, supposant qu’ils font partie des obstacles qui empêchent les forces françaises d’y travailler, en disant : « Je ne peux ni ne veux avoir des soldats français sur quelque sol du Sahel que ce soit à l’heure même que l’ambiguïté persiste à l’égard de mouvements anti-français, parfois portée par des responsables politiques ».

Il a donc appelé à une réunion avec les dirigeants des Etats du Sahel et a suggéré qu’ils se réunissent le 16 décembre pour savoir si les forces françaises y sont les bienvenues ou non ? Surtout au Mali et au Burkina Faso.

La forme de cette réunion pourrait se retourner contre la France et accroître les appels à la haine envers leur présence sur place, d’autant plus que la forme de ‘’l’invitation’’ a accru la sensibilité de certains milieux locaux réputés pour s’opposer à la présence militaire française au Mali, les critiques considèrent cette invitation comme “une convocation de la France à ses serviteurs”.

Moussa Barra, ancien Premier ministre du Mali, a expliqué que « une réunion consultative sur l’opération de Barkhane pourrait être une chose positive à un moment où l’opération rencontre des difficultés pour atteindre son objectif stratégique d’élimination du terrorisme ; et le président français aurait pu dire que la réunion avait été convenue entre les présidents ».

Dans une autre déclaration à JeuneAfrique, Hervé Ouattara, chef du Front anti-CFA, a affirmé que « la France est quelque peu responsable de la situation actuelle dans la région du Sahel, et nous pensons que les Français sont venus au Sahel pour piller nos richesses et nos matières premières … donc tout ce qui se passe actuellement dans la région du Sahel est enraciné dans ce que la France a fait en Libye en 2011 ».

Les dirigeants des groupes armés djihadistes actifs dans la région du Sahel ont précédemment justifié leurs opérations djihadistes comme « une réponse à la présence des forces militaires occidentales au Mali et dans la région du Sahel », soulignant que « n’eut été de la présence de ces forces, ils n’auraient pas eu recours aux combats ».

Ce sont peut-être des signes et des motivations futures des dirigeants des États du Sahel aux opposants qui les appellent à abandonner la France.

L’ancien président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, fondateur du ” G5 Sahel “, considère la mission française de Barkhane stationnée au Mali depuis 2013 comme inutile, en appelant à la remplacer par les forces du groupe militaire conjoint du Sahel et à affecter les fonds aux forces du Sahel au lieu des forces Barkhane.

L’escalade continue des opérations terroristes :

Il est clair que le terrorisme dans la région du Sahel africain n’est pas seulement un problème régional, il a également contribué à montrer les différends entre les dirigeants des États du Sahel et la France. Certaines parties des pays du Sahel ne montrent pas une réponse remarquable aux efforts déployés par la France, car l’ampleur des pertes indique que leur stratégie y est inefficace et qu’elle ne repose que sur la présence militaire et la pénétration dans une région dont les frontières sont caractérisées par la fragilité et l’ouverture à leurs voisins, pour protéger ses intérêts économiques uniquement, sans montrer d’intérêt à régler les crises politiques et de développement internes persistantes là-bas.

Cela contribue à accroître les craintes d’une consolidation du contrôle de la France sur les dispositifs de sécurité, voire politiques, et intensifie également les critiques à son encontre, c’est dans le cas où les résultats des discussions demandées par Macron ne prennent en compte que les intérêts des français, sans les Etats du Sahel.

Il est devenu nécessaire que la France adopte une nouvelle tactique avec le Sahel basée sur l’engagement dans un véritable partenariat visant à améliorer les conditions politiques et de développement là-bas, et à éduquer les parties sur le sort commun du terrorisme, d’une manière qui garantisse vraiment l’expansion de la coordination entre la France et les pays participants.

Share This