Fayez Al-Sarraj …….. La trahison est sa nature

Jan 7, 2020 | Anti terrorisme, Profils des terroristes

L’assassin de l’élu

C’est un trompeur que vous aimez jusqu’à ce que vous pensiez que c’est le merveilleux avec le caractère élevé. Il continue de faire semblant de gentillesse avec ceux qui l’entourent dans le but de gagner en amitié, il aime attirer l’attention, et ne craint pas de mélanger la vérité avec des mensonges, il est aussi un artiste pour gagner la sympathie, ses histoires sont sans fin, mais le moment de vérité vient de révéler son visage et d’exposer sa nature.

Le Premier ministre libyen “Fayez al-Sarraj” – Fayez en arabe signifie le gagnant- n’a gagné aucune bataille qu’il mène, mais il est un bon escroc et en porte la responsabilité envers les autres. Et quand son pays se plaint de la prolifération des armes et des milices, il ouvre les portes à plus d’extrémistes, la terre autour de lui se transforme en arrière-cour pour tous les services de renseignement, et il incite les chefs de guerre dans les villes contre l’armée nationale du pays, les soldats et les mercenaires se multiplient de tous côtés, Le sang inonde les ruelles et les rues, puis il convoque l’occupant turc de la mémoire de la plaie saignante nationale libyenne.

“Al-Sarraj” dans la langue des Arabes signifie la lanterne, celui qui donne la vie et guide les perdus dans les ténèbres, et dans sa version libyenne, il a apporté l’extrémisme et la mort avec les armes de la milice, rien n’a d’importance si ce n’est de rester au pouvoir.

L’échec continu dans toutes les tâches politiques qui lui sont confiées au sommet de la pyramide exécutive dans un pays épuisé par les combats, couplé avec lui, et est devenu le seul métier qui est bon pour “faire des problèmes”.

Il n’avait pas d’antécédents politiques pour le qualifier pour ce qu’il est. Au début de sa carrière, il a travaillé comme ingénieur en gestion de projet à la Caisse de sécurité sociale, il n’y était pas aussi qualifié en politique.

Sa courte carrière politique a commencé quand il est devenu membre de la commission nationale de dialogue, puis il a été nommé membre du Parlement libyen pour la ville de Tripoli, jusqu’à ce qu’il devienne Premier ministre du gouvernement d’union nationale dans le cadre d’un accord politique dirigé par les Nations Unies, un gouvernement qui n’a pas gagné la confiance de la Chambre des représentants.

Il ne connaissait pas la « légitimité » que les peuples accordent à leurs dirigeants. Les Nations Unies l’ont amené et même ceux qui ont participé à la composition de la Chambre des représentants ne l’ont pas accepté, mais personne n’attendait de lui une série d’échecs successifs dans le dossier de réconciliation qu’il a parrainé et n’a pas réussi.

Il y a des signes de tristesse sur son visage par peur de son pays, mais il est prêt à tout et jusqu’à la « trahison » pour rester maître de la situation.

Il n’a pas été touché par ce dont les Libyens se souvenaient du «massacre d’al-Jawazi» perpétré par le «colonisateur turc», qui est toujours coincé dans leur esprit malgré le passage de plus de deux siècles, dans l’un des massacres les plus laids de l’histoire, qui a fait des milliers de morts et de victimes, car ils ont tous été massacrés, et après La liquidation de “quarante-cinq cheikhs”, le massacre a touché le reste de la tribu, de sorte que le nombre de morts a dépassé les dix mille personnes, et cela a été fait avec une barbarie qui n’a pas épargné les femmes et les enfants.

Comme s’il n’avait jamais lu l’histoire et qu’il ne connaissait pas la biographie de “Omar Al-Mukhtar”, symbole de la lutte à travers l’histoire de la Libye, il s’est rendu volontairement à “Istanbul” pour conclure un accord maritime et de sécurité, et il s’est agenouillé devant le “Sultan du terrorisme” turc Erdogan, demandant protection, pour soulever à nouveau des doutes sur la vérité de ses origines que selon certains, ne sont pas liés aux familles libyennes et aux tribus connues, et sont probablement turcs.

La cupidité le submerge et cherche avidement à satisfaire tous ses désirs, tout en étouffant de nombreuses valeurs nationales, sociales et morales.

La trahison est sa méthode. Il n’y a aucune objection à remettre les capacités et les richesses du pays aux Turcs, sans égard à l’honnêteté et à la confiance et à ce qu’une partie de son peuple attend de lui. Il n’y a aucune peur de la religion ou d’une conscience nationale, ce qui est important est l’intérêt de son “groupe”. Comme si la patrie était à eux seuls, et pour le reste du sang et de la destruction même si elle apporte des mains encore tachées de sang des Libyens.

“Al-Sarraj” a écrit son nom dans le dossier de ceux qui ont trahi leurs pays, et s’est retourné contre les alliés de son pays et tous ceux qui cherchaient à mettre fin aux souffrances de son peuple. Il a seulement soutenu ceux qui l’aimaient en prenant soin de gaspiller le sang libyen et pensaient qu’ils pourraient exécuter “Omar Al-Mukhtar” et l’effacer de la mémoire de la nation.

 

Share This