Les divergences européennes retardent le consensus sur l’interdiction du Hezbollah libanais

Jan 8, 2020 | Études

La Grande-Bretagne et les Pays-Bas “une interdiction globale” … Les intérêts retardent la France et l’Allemagne

La présence du Hezbollah s’étend au-delà des frontières de l’État libanais, ce qui est considéré comme un comportement qui est contraire aux comportements des parties au Liban et dans la région arabe, car il mène des activités transfrontalières dans de nombreux pays du monde, y compris l’Union européenne.

Le parti maintient un grand contrôle public sur le système gouvernemental officiel, comme un acteur politique équilibré, où il participe aux élections, et il possède des membres dans le parlement, et occupe des sièges dans le conseil des ministres, il offre la protection sociale dans les zones lointaines de l’Etat officiel, il s’est concentré dans le sud du Liban, Hezbollah est décrit comme « un état dans un état », ce qui suscite la convergence sur le parti c’est sa possession d’un grand arsenal des armes hors contrôle de l’état et l’armée en Liban, et lié politiquement à Iran par le biais du financement de l’argent et d’armes, et l’adaptation complète avec ses projets et politiques.

Le Hezbollah fait partie de la structure étatique de la République islamique d’Iran. De l’aveu même du parti, il reçoit l’essentiel de son soutien financier de l’Iran. Il est considéré comme un élément essentiel des Gardiens de la révolution islamique iranienne. Le Hezbollah soutient le système idéologique iranien, qui donne mandat au juriste d’exercer le pouvoir en tant que chef de la pyramide religieuse à laquelle il doit être vénéré et toute ses instructions doivent être exécutées.

Il place l’autorité sous l’emprise d’une idéologie religieuse qui ne reconnaît aucune frontière de pays, mais croit au principe d’exporter ce qu’il l’appelle la révolution islamique, qui n’est rien d’autre qu’un slogan pour cacher les plans d’expansion et de domination dans la région. Le Hezbollah se considère comme faisant partie du soi-disant axe de résistance, dirigé par l’Iran, comme un outil régional de l’Iran pour réaliser son projet dans une opposition explicite à son identité arabe.

En violation du droit international, le parti est intervenu dans le conflit en Syrie pour soutenir le régime de Bachar al-Assad, contribuant aux massacres et aux déplacements de centaines de milliers de personnes, ainsi que des conseils et des soutiens dans plusieurs conflits à travers le monde.

Interdiction du Hezbollah en Europe

La question de l’extension de l’embargo du Hezbollah par l’Union européenne à l’ensemble de l’organisation reste controversée. Les pays européens se sont rencontrés en 2013 après l’implication du Hezbollah dans l’attentat à la bombe à Burgas, en Bulgarie en 2012, et l’Union européenne a accepté d’inclure l’aile militaire du Hezbollah sur la liste noire à la lumière des préoccupations concernant son rôle croissant dans le conflit syrien, et c’était un avertissement pour le Hezbollah Que s’il attaque un pays de l’Union, il recevra une réponse de tous. Mais le Hezbollah a maintenu sa présence dans toute l’Europe et son interdiction partielle ne l’a pas empêché de poursuivre ses activités, et les réseaux du Hezbollah ont continué à utiliser l’Europe comme base pour recruter des membres et ramasser des fonds, et ont fonctionné comme des cellules dormantes jusqu’à ce que les conditions soient réunies pour les réactiver.

Le Hezbollah accroît ses activités extérieures, et selon des informations récentes, le Hezbollah fait face à une crise de financement. Il est connu que le principal financement du Hezbollah provenait de l’Iran historiquement, Cependant, il semble que le durcissement des sanctions imposées à l’Iran ait affecté le parti et l’ait incité à intensifier ses efforts dans les activités de collecte de fonds ainsi qu’à développer davantage ses réseaux transfrontaliers. C’est la principale raison qui a ramené au premier plan la question de la qualification du Hezbollah comme organisation terroriste, afin que l’Union puisse prendre de nouvelles mesures pour mettre fin à ses activités qu’elle criminalise, ou du moins entraver la création et le transfert de ressources provenant de pratiques illégales. À cet égard, le Secrétaire général du Hezbollah a indiqué que la classification du parti dans l’Union européenne en tant qu’organisation terroriste affecterait ses réseaux de soutien en Europe.

À l’heure actuelle, l’Union européenne et un certain nombre d’États membres classent «l’aile militaire» du Hezbollah, qui est définie comme incluant le Conseil du Jihad et l’Organisation de sécurité extérieure, comme une organisation terroriste, mais elle n’élargit pas cette classification à tous les membres du Hezbollah, considérant que l’interdiction de son aile politique donnera de la force aux éléments les plus militants de l’organisation, ce qui entrave la participation constructive et peut confondre la politique libanaise. Il existe une controverse sur l’idée que le maintien de l’engagement avec la branche politique contribue à réduire l’extrémisme du groupe, car les activités et les réseaux transnationaux du parti se poursuivent, et le parti continue d’utiliser ses forces militaires illégalement sur le territoire d’autres pays. Les interventions régionales du parti en Syrie, en Irak et au Yémen sont de plus en plus incompatibles avec les intérêts des États membres de l’Union européenne. Ces données soulèvent des préoccupations sur l’affaire des pays européens face à la question de l’interdiction du Hezbollah.

L’interdiction du parti en Grande-Bretagne

En mars 2019, la Grande-Bretagne a inclus le Hezbollah dans sa liste d’organisations terroristes interdites. La Grande-Bretagne est devenue le deuxième pays après les Pays-Bas au sein de l’Union européenne, qui classe l’ensemble du “Hezbollah” comme une entité terroriste. Dans sa récente décision, Londres a rejoint Washington pour ne pas faire de distinction entre les ailes politiques et militaires. Le ministre britannique de l’Intérieur, Sajid Javid, a déclaré en février que “le Hezbollah poursuivait ses tentatives de déstabiliser la situation fragile au Moyen-Orient et que nous ne pouvions plus distinguer entre son aile militaire déjà interdite et le parti politique”. “Pour cette raison, j’ai pris la décision d’interdire tout le parti.” La décision était basée sur la connaissance par la Grande-Bretagne des activités du parti sur son sol. La Grande-Bretagne a déjoué les tentatives du parti de stocker des explosifs à Londres en 2015. En prévision d’autres attaques et opérations, elle a déjoué le Hezbollah en Thaïlande, à Chypre et à New York. Le Daily Telegraph estime que la raison pour laquelle le plan iranien n’a pas été révélé est une tentative d’éviter de contrecarrer l’accord avec Téhéran.

L’interdiction du parti en Allemagne

Selon le journal “Frankfurter Rundschau”, Marianne Vent, députée chrétienne-démocrate, a déclaré en juin 2019 que le Hezbollah se finance par la criminalité, le commerce automobile et le blanchiment d’argent en Allemagne, car il considère l’Allemagne comme un endroit où il peut collecter de l’argent. “L’agence de renseignement de Hambourg a révélé qu’il y a 1050 partisans du parti dans toute l’Allemagne, et environ 30 mosquées et associations culturelles, où des membres du Hezbollah ou des partisans affectés par les idéologies et pensées du parti se rencontrent,

Et que le processus de collecte de fonds est l’une des tâches les plus importantes de l’association. Plusieurs parties estiment que la collecte continue de fonds pendant cette période où le parti est soumis à de sévères sanctions américaines et aussi l’Iran est soumis à des sanctions historiques, alors qu’ils sont impliqués dans la participation à l’effort de guerre considéré comme terroriste dans de nombreux pays du monde. Cela renforce la préoccupation de l’Allemagne concernant la relation de l’économie allemande avec le financement des activités militaires et des opérations de sécurité du parti au Liban, en Syrie et dans d’autres régions du monde.

Des sources de presse ont révélé la présence de centres culturels contrôlés par Hezbollah dans les villes de Brême et de Munster, ainsi que dans d’autres endroits de l’État de Basse-Saxe.

La raison du refus de l’Allemagne d’interdire l’aile politique du Hezbollah est due à la coopération du gouvernement allemand en matière de renseignement avec le parti, car l’Allemagne l’a utilisé pour achever les échanges de prisonniers entre le Liban et Israël. En outre, l’interdiction du Hezbollah peut affecter les relations avec le Liban, car l’organisation est représentée par son bras politique depuis 1992 au Parlement libanais et trois portefeuilles du gouvernement. L’interdiction du Hezbollah sera une insulte au gouvernement libanais et affectera les possibilités de coopération avec lui dans le cadre de l’aide au développement et cela sape les tentatives de stabilisation du Liban.

Étant donné que le Hezbollah a des liens étroits avec le régime des mollahs en Iran, l’embargo aura un impact sur les relations germano-iraniennes, et sur les opportunités de pénétrer les marchés iraniens, Compte tenu du blocus américain, l’Iran compte sur les bonnes relations avec l’Allemagne et l’Union européenne. Et si l’interdiction devait avoir lieu, de nombreuses activités du Hezbollah deviendraient illégales en Allemagne et son drapeau ne serait pas autorisé, et peut-être que le Hezbollah pourrait créer une nouvelle organisation sous un autre nom, L’interdiction pourrait peut-être modifier légèrement la position et les perspectives des partisans du Hezbollah en Allemagne dans le contexte de la guerre de l’Allemagne contre la violence.

L’interdiction du parti en France

Des responsables français et européens affirment que l’interdiction totale du Hezbollah compromettra la stabilité interne au Liban, ils craignent également que l’interdiction totale du Hezbollah l’incite à attaquer les intérêts européens ou à viser les Forces de maintien de la paix des Nations Unies au Liban, Et la crainte que l’interdiction du Hezbollah empêche les contacts avec les politiciens du Hezbollah, et par conséquent le gouvernement libanais, et la réduction conséquente de l’influence française dans la région à la lumière de l’escalade des rôles de la Russie et de la Chine aux côtés de la présence américaine, Cela affectera les relations franco-iraniennes car le parti fait partie du projet régional d’hégémonie et d’expansion de l’Iran, De même, en prévision de la menace pour les intérêts français dans la région, une menace implicite contre les intérêts français a été émise par Ibrahim Al-Amin, rédacteur en chef du quotidien pro-Hezbollah Al-Akhbar, après un avertissement français selon lequel il pourrait rejoindre ses homologues des États-Unis et du Royaume-Uni pour répondre à l’utilisation d’armes chimiques par le régime syrien, Où Al-Amin a rédigé un article en avril 2018 faisant référence au bombardement du Hezbollah en 1983 sur des casernes militaires françaises et américaines au Liban.

Conclusion :

Les efforts pour lutter contre la propagation de la présence du Hezbollah au sein des pays membres de l’Union européenne s’inscrivent dans le contexte de l’escalade entre l’Iran et les États-Unis, d’une part, et dans le contexte du débat interne en Europe sur les différents niveaux d’engagement avec le Hezbollah parmi les États membres, d’autre part.

Malgré les positions divergentes et la nette influence de l’Allemagne et de la France sur la vision européenne concernant le maintien de la distinction entre les ailes politiques et militaires, les activités du parti en Europe à la lumière de la baisse des financements iraniens ont rétabli la question de l’interdiction du parti tout entier à l’interface.

Néanmoins, l’Allemagne et la France restent sur leur position au parti pour des considérations liées à leur influence et à leur impact dans la région du Moyen-Orient, qui est imprégnée de conflits à tous les niveaux et des répercussions de ces conflits envers l’Europe.

Les organismes européens chargés de l’application des lois se sont davantage impliqués dans la lutte contre l’activité continue du Hezbollah en Europe, Groupe de coordination de l’application des lois (LECG) ayant tenu une réunion spéciale de plus de 25 gouvernements en plus d’Interpol et d’Europol, se concentrant en particulier sur “la lutte contre les activités illégales duHezbollah  en Europe”.

Des sources européennes disent que le malentendu croissant entre l’administration Trump et l’Union européenne reste un obstacle à l’unification des normes des deux parties dans le traitement du Hezbollah. À l’exception de la Grande-Bretagne et des Pays-Bas, selon ce qui est rapporté par la chancelière allemande Angela Merkel, changer la position avec Hezbollah nécessite un consensus européen.

Mots clés :Europe | Hezbollah
Share This