Les effets négatifs du comportement d’extorsion de la Turquie envers l’Europe en renvoyant les djihadistes

Jan 9, 2020 | Études

Ankara utilise l’aide aux réfugiés de l’Union européenne pour financer ses campagnes militaires

Les craintes européennes prévalent sur les menaces proférées par la Turquie au début du mois de novembre de cette année avec son intention de renvoyer les militants de l’Etat islamique qui ont été arrêtés en Syrie dans leurs pays européens d’origine ; lors de l’attaque qu’elle a menée avec ses alliés de l’opposition syrienne sur les régions du nord-est de la Syrie soumises aux forces des FDS avec une majorité kurde le 9 Octobre, Sous le nom d “Opération source de paix”, où la Turquie arrête près de 1200 étrangers d’ISIS, dont 287 lors de sa dernière opération.

L’Europe considère ces menaces comme un chantage de la part de la Turquie en raison de ses critiques à l’encontre de l’opération militaire “source de la paix” et d’autres différends antérieurs concernant le traitement grossier par la Turquie de l’opposition interne.

L’Europe estime que ce comportement de chantage est devenu une approche continue depuis le début de la crise syrienne en mars 2011, dans laquelle la Turquie a tenté de mieux activer sa position géostratégique au sein de lignes actives qui lui confèrent un rôle influent dans la politique internationale et régionale.

Dès le début, la Turquie s’est ouverte aux forces de l’opposition syrienne et leur a donné les moyens de tenir des réunions sur le sol turc. Cela a suscité des soupçons quant à son soutien aux organisations djihadistes après un sentiment qui a prévalu avec la montée de l’islam politique dans la région suite aux révolutions du printemps arabe, renforcé par le comportement des États-Unis à l’époque, selon lequel l’islam politique est le titre de la prochaine étape. Ce qui a encouragé les aspirations du Parti de la justice et du développement des Frères Musulmans, qui gouverne la Turquie, afin d’œuvrer pour voir un gouvernement syrien dirigé par des individus ou des groupes alliés idéologiquement et stratégiquement avec la Turquie. Tout cela coïncidait avec le désir de la Turquie d’obtenir la position de “première puissance régionale”, car elle évoluait dans le cadre de la politique douce fondée sur l’élément d’intégration économique, puis sur l’entrelacement social, culturel et éducatif, pour parvenir à une entente politique.

Dans une période d’enthousiasme, la Turquie pensait que convertir la Syrie à son “champ vital” serait facile, surtout si les Frères musulmans recevaient le pouvoir. C’était la direction du président Erdogan, qui a vu dans la révolution syrienne une opportunité appropriée pour créer un nouvel ordre en Syrie, dans lequel les Frères musulmans auraient un rôle majeur, qui dépendrait de la Turquie et rivaliserait avec d’autres ambitions dans la région, en particulier l’Iran. Un nouveau système qui prend en charge le projet d’expansion des Frères turcs sera le plus efficace pour influencer tous les dossiers régionaux.

Il est clair que la Turquie continue de suivre la même approche de l’emploi des islamistes radicaux d’une manière qui leur permet de réaliser des gains politiques. Alors qu’il y a des convictions européennes que la Turquie négocie continuellement dans des contextes similaires au dossier d’influence politique stratégique et à d’autres dossiers sensibles tels que le dossier des réfugiés et de la sécurité, après la menace d’Erdogan d’ouvrir les frontières aux réfugiés.

Dans le cadre de ces négociations, les autorités turques ont annoncé, le 11 novembre, qu’un Américain avait été expulsé vers les États-Unis et qu’ils sont prêts à renvoyer 7 Allemands à Berlin après deux jours, ainsi que 11 Français à une date ultérieure.

Ces négociations commencent à prendre une courbe inacceptable de la part de la Turquie et sans son désir, que ce soit au niveau des relations officielles turco-européennes, ou au niveau de l’opinion publique également.

Premièrement : au niveau des relations officielles

Il y a une perception européenne qu’Erdogan menace leur sécurité; s’il n’obtient pas un prix politique qui l’aide à établir une zone tampon et une récompense économique sous prétexte de faire face au fardeau des réfugiés dans son pays, en inondant l’Europe de réfugiés, et de cette manière l’Europe peut faire face à une nouvelle crise de réfugiés, qui peut inclure des djihadistes après leur vol Des camps de détention dans la Syrie, ou une libération illégale si l’Europe ne répond pas aux demandes d’Erdogan.

Dans le cadre de la menace par le dossier des réfugiés. “Erdogan nous fait du chantage insupportable”, a déclaré la vice-présidente du Parlement allemand Claudia Rote, elle considère que l’annulation de l’accord visant à limiter l’afflux de réfugiés que l’Europe et la Turquie ont conclu en mars 2016 est la solution pour que l’Europe ne soit pas victime de chantage. “Nous ne devons pas nous laisser faire chanter par un homme qui dit : Si vous me critiquez ou si vous ne m’envoyez pas d’argent, alors j’enverrai des gens par-dessus la mer ! C’est pathétique … Erdogan utilise les réfugiés de guerre et nous utilise comme dépôt politique pour ses politiques folles”, explique-t-elle.

Elle a ajouté que l’annulation de l’accord ne signifie pas que l’Europe abandonnera les réfugiés là-bas. Il est vrai que la Turquie a accueilli un nombre beaucoup plus élevé de réfugiés que tous les pays européens réunis. Par conséquent, il est correct que l’Europe soutienne financièrement les réfugiés pour les soins humanitaires et le logement, mais cela ne nécessite pas l’existence d’un accord sur les réfugiés en violation de la loi sur l’asile. ”

La Turquie n’osera pas annuler cet accord mais exigera une augmentation de sa part financière, car Erdogan a continué à s’intéresser à l’accord, tout comme les Européens. Il s’agit pour lui de gagner des milliards d’euros. Aux termes de l’accord, Ankara devrait toucher six milliards d’euros (6,6 milliards de dollars).

Ces milliards de dollars, beaucoup pensent qu’Ankara ne les a pas dépensés pour améliorer les conditions de vie des réfugiés qui sont supervisés par Ankara, mais plutôt qu’elle utilise ces milliards pour financer ses campagnes et politiques militaires, dont la dernière était la campagne d’attaque contre le nord de la Syrie, qui a contribué à accroître la proportion des craintes européennes de la libération de près de 10 milles de combattants de l’Etat islamique sont détenus par les Forces démocratiques syriennes, certains retournent en Europe et sont de nouveau employés dans un nouvel ordre du jour pour changer les caractéristiques de la région du Moyen-Orient.

Deuxièmement : au niveau de l’opinion publique

L’opinion publique européenne s’indigne de plus en plus de l’extorsion qui est suivie par Ankara. Pour sa part, Maximilian Popp, spécialiste des affaires germano-turques au quotidien allemand Spiegel, confirme : “Les Européens ne doivent pas laisser l’impression qu’ils sont victimes du chantage d’Erdogan”.

Il a récemment été diffusé sur Twitter, l’hashtag « La Turquie exporte ISIS vers l’Europe », dans lequel les militants soulèvent de nombreuses questions sur l’agenda de la Turquie et son sérieux dans la guerre internationale contre le terrorisme.

Après que le régime d’Erdogan pendant de nombreuses années gémissait sous les accusations occidentales de collusion avec des groupes terroristes en fermant les yeux sur le processus de transfert des djihadistes d’Europe vers la Syrie et l’Irak et en encourageant un marché noir du pétrole à travers lequel l’État islamique récoltait d’énormes fortunes financières qui lui permettaient d’étendre son influence et d’exercer la polarisation du Jihad, Tout cela s’inscrit dans le cadre des propres intérêts de la Turquie, et dans ce contexte, un activiste sur les réseaux sociaux a déclaré: “Après avoir été embrassé et formé par Erdogan pour faire ce qui sert ses intérêts, il a commencé à les exporter vers le monde.” Un autre ajoute : “Imaginez que la Turquie fasse du chantage à l’Europe en y expulsant des éléments de l’Etat islamique et en les utilisant comme une carte de pression politique contre les pays de l’OTAN … C’est la preuve des efforts de la Turquie pour relancer l’organisation là-bas !», Un troisième a ajouté : “Erdogan essaie d’envoyer des Européens de l’Etat islamique en Europe pour s’en débarrasser, mais en réalité, il aide à diffuser leurs idées et à les autonomiser davantage.” Un quatrième déclare que “la Turquie a toujours une longue et sombre histoire de soutien au terrorisme et aux terroristes, et elle les exporte vers le monde après avoir mis en œuvre les plans d’Erdogan dans la région”.

Cette image du mécontentement populaire sur le chantage de la Turquie (membre de l’OTAN) la présentera comme un ennemi dangereux, pas un allié. Il y a donc des appels en Europe à reconsidérer l’adhésion à l’OTAN.

Il est probable que les appels au renforcement du racisme contre la communauté turque de l’Union européenne seront augmentés, ils s’élèvent à près de quatre millions.

Cela peut être alimenté par le populisme politique antiturc croissant en Europe et l’écart d’horizon politique européen envers la Turquie, qui peut constituer une double pression sur les inquiétudes identitaires de la communauté turque, avec un sentiment croissant de danger là-bas.

Mots clés :Turquie
Share This