Comment l’Iran profite-t-il du meurtre de Soleimani ?

Jan 12, 2020 | Les rapports

Les scénarios qui suivent la réponse

Le célèbre historien militaire Carl von Clausewitz (1780-1831) estime que « la guerre n’est qu’une extension de la politique mais par d’autres moyens, plus violents et sanglants », et que la mise en œuvre réelle de la guerre n’est rien d’autre qu’une lutte de volontés destinée à briser la volonté de l’ennemi et à l’assujettir à la réalisation de l’objectif stratégique suprême de l’État.

Par conséquent, toute décision prise concernant les conflits et la politique prend en compte les gains attendus et les coûts potentiels selon la formule (résultat= bénéfice – coûts).

Afin d’éviter la destruction mutuelle généralisée résultant de toute confrontation militaire des deux parties au conflit, les États se sont éloignés de la << guerre directe >> et ont utilisé des procurations – comme le recours à des groupes armés non officiels – pour accomplir les tâches d’escalade et de tension, ils se concentrent sur la nécessité d’améliorer sa position dans les négociations internationales et régionales et définissent tous les scénarios imposés par les exigences de survie et d’autonomisation de l’État.

Premièrement : L’escalade et l’usure

Malgré l’affirmation de Téhéran selon laquelle il avait répondu proportionnellement à l’assassinat du commandant de la Force Quds Qassem Soleimani, qu’il ne recherchait pas la guerre et l’escalade et qu’il procéderait à d’autres frappes si Washington ripostait militairement. Cela implique que les représailles iraniennes directes ont pris fin.

Mais cela ne signifie pas que les rondes d’escalade militaire sont terminées, car il existe des possibilités d’entamer d’autres rondes entre les deux parties, dont certaines pourraient être une vengeance de la part des milices fidèles à l’Iran en réponse au ciblage de son chef Abu Ali Khazali dans la frappe américaine, étant l’une des figures irakiennes les plus proches de Soleimani, qui est supposé continuer à frapper les intérêts américains et leurs alliés dans la région dans le but – d’expulser les Américains d’Irak puis du Moyen-Orient -, selon des déclarations iraniennes suite au meurtre de Soleimani. Il a plus d’objectifs que de vengeance. Il veut utiliser le même corridor terrestre que l’Iran a installé ces dernières années après la défaite de l’Etat islamique. Ce qui leur permettrait de transférer relativement facilement les forces et les moyens de combat à travers l’Irak vers la Syrie et le Liban.

Si ce scénario dégénère vraiment, les États-Unis qui dirigent la coalition internationale contre ISIS dans la région risquent de s’en préoccuper, ce qui pourrait inciter ce dernier à revenir dans cet environnement de conflit favorable, surtout dans le cas où les opérations seraient suspendues contre lui, et la controverse s’intensifierait sur le fait que des forces étrangères soient restées ou non en Irak après la décision du parlement irakien de mettre fin à la présence étrangère pour combattre l’Etat islamique, en particulier à la lumière de la présence d’une nouvelle direction après la mort d’al-Baghdadi cherchant à rétablir l’activité de l’organisation, sans parler des précédents rapports de sécurité mettant en garde contre le retour de l’organisation dans la région, comme le rapporte le “Institute for War Studies – ISW” de Washington, intitulé “Le deuxième retour de l’Etat islamique: évaluation de la prochaine rébellion de l’Etat islamique, publié fin juillet 2019, et mis en garde contre le retour de l’organisation à nouveau rapidement et plus dangereux”.

Par conséquent, ce que l’Iran considérerait comme une victoire pour lui en tentant d’étendre son influence géographique, et ses efforts pour exercer son contrôle sur l’Irak et étendre son influence et viser les intérêts américains là-bas, est en fait une nouvelle implication d’une double usure de l’Iran là-bas. D’un autre côté, les États-Unis peuvent se tourner vers des tactiques pour réduire bon nombre de leurs intérêts dans la région, et fermer les yeux sur le retour et l’expansion d’ISIS, afin d’être l’antithèse de l’expansion et de l’influence iraniennes.

Deuxièmement : les réactions inverses afin de se libérer des pressions environnantes et populaires

“La réponse iranienne à l’attaque américaine ne sera pas hâtive et bien qu’elle ait été rapide, elle ne dépendait pas de l’émotion mais reposait plutôt sur une stratégie à travers laquelle les dirigeants iraniens tentaient d’être une réponse convaincante au peuple iranien.

Il s’appuyait sur des frappes de missiles, ainsi que sur la propagande des médias internes, axée sur l’exploitation de l’événement afin d’attiser les sentiments nationaux et militaires chez eux, comme alternative à une confrontation directe avec les États-Unis, en raison des graves implications sécuritaires que l’Iran ne tolérera pas.

Certaines crises peuvent avoir des effets secondaires positifs sur l’État, si elles sont bien gérées.

Le meurtre de Soleimani était à la lumière d’une crise interne à l’Iran, qui a affecté négativement le mouvement populaire en Iran et la couverture des rumeurs sur la répression par le régime des manifestations contre les décisions économiques du gouvernement d’augmenter les prix du carburant, et des directions que le régime adoptent à l’étranger en s’appuyant sur des alliés au détriment de traiter les conditions de vie interne.

De même, il a un impact négatif sur la révolution populaire au Liban et en Irak, à la lumière des protestations populaires continues dénonçant son influence régionale, car le Hezbollah utilisera la tension apparente dans les relations entre Washington et Téhéran et l’axe de résistance pour améliorer sa position dans l’équation interne libanaise.

En Irak, les protestations ont décliné au profit de la tension, et la priorité était probablement de combattre l’occupation américaine et les forces étrangères.

Outre l’Iran, il pourrait profiter de la tension pour revenir à la politique d’accélération du projet nucléaire afin de s’assurer que des progrès soient investis dans les négociations à venir avec l’Union européenne afin de réduire les sanctions imposées par les États-Unis d’Amérique, raison pour laquelle l’Iran a perdu d’énormes revenus de ses exportations de pétrole.

Troisième : l’absence de Soleimani de la scène

Les Iraniens ont immédiatement indiqué qu’ils avaient mis fin au stade de la vengeance, et si les États-Unis ne répondaient pas, cela pourrait revenir à la vie normale, et Trump a répondu aux messages, alors qu’il célébrait la victoire dans une déclaration présidentielle et annonçait pratiquement que la réponse américaine prendrait la forme de sanctions supplémentaires, c’est-à-dire que ce ne serait pas militaire.

La nature de la maigre réponse iranienne ouvre la question de savoir si l’absence de Soleimani sur les lieux est également un intérêt d’un désir iranien, un obstacle aux négociations avec l’Union européenne et un obstacle aux revendications populaires en Irak ?!

Les buts des adversaires peuvent coïncider, mais cela ne signifie pas qu’ils ont un seul agenda. Chaque adversaire veut garder le but, ou s’en débarrasser, il suit en premier lieu ses intérêts, et les obstacles et les erreurs de la cible par rapport à lui en deuxième lieu, et généralement les mêmes obstacles et erreurs peuvent être les mêmes que ceux que L’ennemi suive.

Ce qui doit être pris en compte, c’est que Soleimani a exercé une influence significative en Irak, en Syrie et dans la région par le biais des agents de la Force Quds, qui avaient un lien direct avec Soleimani.

L’influence qu’il a acquise en Irak et en Syrie, et le contrôle des sources de pétrole et de ressources, l’ont fait renoncer au financement de nombreuses milices et projets financés par la Force Quds, indépendamment de la volonté politique de l’Iran.

La politique de négociation avec les grandes puissances n’est déterminée que par l’approbation de Soleimani lui-même, ce qui a pesé lourd sur les négociations russo-iraniennes visant à réduire les sphères d’influence iraniennes en Syrie.

Il n’a pas également répondu aux demandes internationales visant à réduire la violence que les milices chiites utilisaient contre les manifestants irakiens, et a rejeté le virage exigé par les manifestants.

Soleimani a également rejeté toute ingérence des pays occidentaux dans le rôle régional de l’Iran, mettant en garde contre la recherche d’un accord “régional” sur le modèle de l’accord nucléaire. Cela ne reflète pas le désir et la volonté profonde de l’administration politique iranienne, qui a vu dans les négociations pour réduire les tensions avec les États-Unis et l’Union européenne sur l’accord nucléaire, en particulier après la crise du détroit d’Ormuz, une nécessité afin d’alléger les sanctions contre l’Iran pour améliorer les conditions économiques.

Le gouvernement iranien a tendance à maintenir les négociations avec les pays européens fermées, mais les remarques de Soleimani attirent une fois de plus l’attention sur les questions qui sont apparues au public, après l’intensification des différences entre les organes de décision, en imitant le style du dirigeant iranien, Ali Khamenei, qui expose généralement ses divergences avec le président iranien, à travers des avertissements émis soudainement dans ses discours sur des questions internes et externes.[1]

Il ressort clairement de ces axes que les Iraniens ne veulent pas d’une guerre totale, mais qu’ils souhaitent prolonger la crise le plus longtemps possible, il est donc probable que l’Iran s’efforcera de prolonger la situation de tension et d’anticipation sans tomber dans une guerre directe avec Washington, et utilise ce cas pour renforcer ses positions.

  1. Hafriya, 2019, Soleimani rejette tout accord avec l’Europe dans ce domaine

    https://www.hafryat.com/en/node/8085

 

Share This