Le conflit du gaz méditerranéen et son impact sur la sécurité internationale Après l’accord turco-libyen

Jan 12, 2020 | Les rapports

L’expansion turque en Afrique du Nord vise principalement à former un nouvel empire ottoman, qui se concentre sur la combinaison de l’influence politique et du contrôle économique sur les matières premières, en particulier le pétrole et le gaz dans le bassin méditerranéen, ce qui constitue une menace pour la sécurité et la stabilité dans la région méditerranéenne à la lumière de la multiplicité des acteurs internationaux et régionaux.
Premièrement : raisons et motifs de la tendance turque envers la Libye
La Turquie est l’une des principales puissances régionales à la recherche de plus d’influence dans la région, car c’est un pays avec un poids et un stock important d’outils d’influence doux et solides dans son environnement régional. La Turquie s’est engagée dans la construction de partenariats stratégiques avec ses voisins régionaux, après avoir manqué à son ambition de devenir membre de l’Union européenne, dans le cadre de la réalisation de son nouveau projet lié à la direction de son administration avec des tendances islamiques et nationalistes.
L’engagement croissant de la Turquie sur le continent africain s’inscrit dans le cadre de la nouvelle vision d’Ankara en tant qu’acteur central et international doté d’une politique étrangère complexe et interdépendante. Dans le cadre de la théorie de la «profondeur

stratégique», considérée comme le moteur le plus important de la politique turque depuis 2002, et sa philosophie principale est que la Turquie est un pays aux multiples bassins continentaux, ce qui lui confère une profondeur stratégique sur le continent africain, parallèlement, avec des potentiels d’influence prometteurs sur les deux continents d’Europe et d’Asie, alors la Turquie, selon cette approche, est un pays «afro-eurasien», c’est un pays européen asiatique par la géographie, mais elle est proche de l’Afrique de par son histoire et sa géopolitique, par la porte de la Méditerranée orientale, qui lui donne une vision distincte de Les plages d’Afrique du Nord l’entrée du continent brun.
De manière générale, les nouvelles tendances de la politique turque envers les pays d’Afrique du Nord, se sont venues parallèlement avec les conséquences de coup d’état échoué en 2016, dans laquelle la Turquie a accusé les États-Unis et d’autres pays de participer à sa planification.
En outre, après que la Turquie n’a pas pu rejoindre l’Union européenne en raison des décisions qu’elle a prise en interne, ce qui ont directement affecté la liberté d’opinion et d’expression.
Aussi, l’échec des efforts turcs pour contrôler les matières premières syriennes suite à la baisse du contrôle des groupes armés soutenus par Ankara sur la plupart des terres qu’ils contrôlaient après que le régime syrien a commencé à reprendre le contrôle de la plupart des terres de la région syrienne avec l’intervention militaire russe dans la crise syrienne, ce qui signifie la perte de la Turquie de contrôler le pétrole et le gaz de la Syrie. Les dirigeants turcs ont donc commencé à

rechercher d’autres options qui pourraient combler les lacunes de ses ambitions pour devenir un acteur majeur de l’équation du Moyen-Orient.
Deuxièmement : la crise du gaz de la méditerranée et ses répercussions sur la sécurité du bassin méditerranéen
De nouvelles orientations turques vers les pays méditerranéens et nord-africains pourraient conduire à la fabrication d’une crise politique et militaire entre la Turquie et l’Égypte et les pays du sud de l’Europe à la lumière de l’insistance de la Turquie à obtenir la part du lion du gaz méditerranéen, notamment après la signature de l’accord de coopération économique et de sécurité entre la Turquie et le gouvernement d’Al-Sarraj. Ce qui peut affecter la sécurité et la stabilité dans le bassin méditerranéen en particulier, et dans les pays de l’Union européenne en général.
Il est certain que le gaz naturel est devenu au cours des dernières années l’une des plus importantes sources d’énergie propre requises dans le monde, et bien que la région du Moyen-Orient soit devenue le centre d’attention internationale après les découvertes successives de gaz naturel, les faits indiquent que la région deviendra un théâtre de conflits et d’attraction géopolitique. Et que les pays de la région peuvent glisser dans un cycle de violence sur les quotas de gaz.
Le 27 novembre 2019, le président turc Recep Tayyip Erdogan et le Premier ministre de Tripoli Fayez al-Sarraj ont signé deux mémorandums d’accord. Le premier mémorandum concernait la démarcation des frontières maritimes en Méditerranée, ce qui a mis en colère le gouvernement grec, qui considérait l’accord comme un empiètement sur ses eaux territoriales, et a été soutenu par l’Égypte et Chypre.

L’accord a conduit à l’expulsion de l’ambassadeur de Libye en Grèce après que les termes de l’accord n’ont pas été divulgués.
Les deux mémorandums d’accord turco-libyen : le premier comprend la démarcation des frontières maritimes en Méditerranée, et le second traite l’envoi des forces turques en Libye si le gouvernement d’Al-Sarraj demande, ce qui s’est réellement passé et a été ratifié par le parlement turc. Selon l’accord, Ankara étend sa zone économique spéciale jusqu’à ce qu’elle entre en contact avec celle de la Libye.
Dans un protocole d’accord séparé, Ankara a convenu avec le gouvernement Fayez al-Sarraj de la coopération militaire, et le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré que son gouvernement est “prêt à fournir à la Libye tout type de soutien”.
L’extension de la zone économique turque pour atteindre la périphérie des eaux territoriales libyennes est considérée comme une atteinte aux droits souverains et économiques d’autres pays, tels que l’Égypte, la Grèce et Chypre, ce qui constitue une violation du droit public international et du droit maritime international qui ne permet à aucun pays de porter atteinte aux droits économiques d’un autre pays. Cela pourrait également conduire à l’ouverture d’un conflit militaire entre la Turquie d’une part et d’autres pays opposés à l’accord d’autre part à la lumière des préparatifs et des manœuvres maritimes égyptiennes dans les eaux de la Méditerranée.
La région méditerranéenne se caractérise par l’interaction entre un groupe d’intérêts politiques et économiques, en concurrence avec la motivation des côtés locaux et externes, et le changement radical de la situation géopolitique sur la côte sud de la Méditerranée est un nouveau

défi pour les États-Unis et l’Union européenne, malgré le fait que l’OTAN et les États-Unis possèdent une présence militaire efficace dans La région méditerranéenne Cependant, le chevauchement des capacités militaires constitue un défi supplémentaire pour les crises au Moyen- Orient, qui exigent des niveaux de coopération sans précédent entre l’Union européenne et les États-Unis.
Le journaliste égyptien ” Emad El Din Adib “, dans le journal égyptien “Al-Watan”, a confirmé que le président turc Erdogan vise derrière cet accord à jouer “le rôle du nouveau pirate maritime en Méditerranée”. Il dit : “La crise majeure d’Erdogan dans l’équation de devenir un super État régional et de réaliser le rêve des nouveaux Ottomans est le manque d’une arme énergétique pour lui et son pays.”
Récemment, les tensions se sont intensifiées entre les pays de la Méditerranée orientale, qui cherchent tous à obtenir ce qu’ils considèrent comme leur part dans les droits sur le gaz, qu’ils soit découvert ou non encore découvert, d’autant que les estimations indiquent que cette région contient jusqu’à 120 billions de pieds cubes de gaz naturel.
La réponse égyptienne à l’accord turc avec le gouvernement d’Al- Sarraj est venue par la vidéo publiée par la marine égyptienne le 12 décembre 2019, dans laquelle des forces navales lançant un missile anti-navire “Harpoon” à partir d’un sous-marin en Méditerranée, qui est un message de démonstration de force, que le Caire envoie à Ankara.
Et en Grèce – qui a annoncé l’expulsion de l’ambassadeur de Libye – un journaliste spécialisé dans les affaires militaires Ioannis Nikitas a publié il y a quelques jours – via son compte sur Twitter – un tweet

attaché à une photo prise de l’intérieur d’un chasseur grec Mirage 2000 montrant l’indicateur de cible et en son centre une frégate turque dans la mer Égée. Nikitas a commenté la photo en disant : “La frégate turque est dans le but Mirage des forces grecques lors d’une mission navale en mer Égée … C’est le langage que les Turcs comprennent, ne reculez pas en ce qui concerne l’intérêt national, ne diminuez pas la souveraineté nationale’’.
Quant à la Turquie, qui a annoncé son rejet des accords de démarcation des frontières maritimes entre Israël et Chypre en 2010, et ceux signés entre l’Égypte et Chypre en 2013, elle a commencé l’exploration dans la région, où la Turquie a envoyé un navire à cet effet accompagné de navires de guerre pour la protection, ce qui a été qualifié d’illégal par des parties de la région et l’a considéré comme illégal, ils considéraient cela comme une provocation turque inacceptable. Israël, à son tour, est entré tôt dans la séquence du conflit et a mis en garde le Liban contre le forage de pétrole dans le bloc 9, mais le Liban a confirmé que la zone susmentionnée se trouve dans ses eaux territoriales et a déclaré que la démarcation de la frontière qui avait eu lieu entre Chypre et Israël était illégale.
Conclusion
Il est devenu clair que l’expansion turque aux niveaux politiques, économiques et culturels vers les pays d’Afrique du Nord vise à compenser les pertes subies par les intérêts turcs en obtenant la part du lion du gaz syrien après l’intervention russe dans la crise syrienne, ce qui a incité la Turquie Erdogan à investir dans la crise libyenne et la présence du gouvernement d’Al-Sarraj, avec des tendances islamiques,

à obtenir une large part du gaz méditerranéen, à la lumière des grandes découvertes annoncées par les pays du sud de la Méditerranée.
L’escalade de la crise du gaz méditerranéen entre l’Égypte, la Grèce et Chypre, d’une part, et la Turquie, d’autre part, peut conduire, à la lumière de la tension qui règne dans les eaux de la mer Méditerranée, à déstabiliser la sécurité du bassin méditerranéen, ce qui affecte la sécurité internationale et européenne, le trafic maritime et le commerce international. Cela pourrait également entraîner une augmentation des taux d’immigration illégale et la prolifération de groupes terroristes travaillant à tirer parti des situations de conflit locales et régionales, avec la gravité croissante des déclarations entre les deux parties, à la lumière de l’insistance de la partie turque à rechercher du gaz loin des eaux territoriales turques bénéficiant de l’accord signé avec le gouvernement Fayez al-Sarraj sans l’approbation du parlement libyen.

Liste des références
1. Khalil, Muhammad, Abdul Qadir: Possible Coordination: Iran and Turkish Attitudes Toward Africa, International Institute for Iranian Studies, 2016,

تنسيق محتمل: إيران والتوجهات التركية نحو إفريقيا


2.Allam Mustapha Chafik : pénétration douce : l’Afrique dans la stratégie turque. Déterminants, contextes et défis, Centre de lecture africain, Le Caire 2017.
3.Al-Qaisi Sabreen: L’effet des réserves de gaz naturel en Méditerranée sur la question palestinienne, Pal Think for Strategic Studies, Gaza Palestine 2017, p. 2.
4.L’accord libyen-turc ouvrira-t-il la voie à une intervention militaire turque en Libye ? Site Internet de la BBC Arabic Channel, 16 décembre 2019,
https://www.bbc.com/arabic/middleeast-50801453
5.L’accord libyen-turc fera-t-il d’Erdogan un «pirate» de la Méditerranée?, Site Internet de la BBC en arabe, 16 décembre 2019.

6.Black James et autres : Turbulent Water: A Brief Overview of Security Challenges in the Mediterranean Basin, RAND Corporation of America, 2017, p. 3-4.
7.La crise en Méditerranée orientale. L’origine du problème et les scénarios d’escalade, Al-Jazeera Net, 13 décembre 2019, disponible sur le lien suivant:
http://cutt.us.com/FWSnA

Share This