ISIS “…. Deuxième naissance Une nouvelle vague de terrorisme et la défaite de l’organisation ne signifie pas sa fin

Sep 23, 2019 | Groupes extrémistes, Les rapports

Mardi 17 septembre 2019, 13 : 53.

Conseil de sécurité : la menace pour l’Europe est “toujours élevée”.

Les Nations Unies ont averti dans un rapport du Conseil de sécurité de juillet 2019 que la récente cessation de la violence dans le terrorisme international pourrait bientôt prendre fin et qu’une nouvelle vague d’attaques pourrait se produire avant la fin de l’année. Les observateurs ont brossé un tableau inquiétant, considérant que les groupes extrémistes continuent de représenter une menace majeure en dépit des récents revers. Le rapport de l’Institute for WarStudies à Washington à la fin du mois de juin 2019 concluait que le groupe État islamique était sur le point de revenir.

Si un certain nombre d’observateurs ont tendance à penser que le phénomène des groupes extrémistes est en train de se disparaitre, D’autres pensent qu’il y a de bonnes raisons qui peuvent ramener ces groupes au premier plan pour lancer une nouvelle vague d’attaques, Compte tenu en particulier de l’état actuel de la sécurité et de la liquidité politique dans la région, et que la question palestinienne reste non résolue, Ainsi que la survenue de massacres massifs contre des musulmans dans le contexte de la haine religieuse, en plus de l’utilisation politique du phénomène du terrorisme dans la politique internationale.

Premièrement, la situation actuelle de ISIS et d’Al-Qaïda

1.ISIS

L’État islamique en Iraq et au Levant (Etat islamique) a été défait militairement en Syrie en mars 2019. Après la chute de la ville de Baghouz, de nombreux combattants et leurs familles sont partis, puis les résidents se sont rapidement rendus dans des centres de détention et des camps de réfugiés.La population du camp d’Al-Hol, dans le nord-est de la Syrie, est passée de moins de 10 000 en décembre 2018 à plus de 70 000 en avril 2019.

Les observateurs estiment que le réseau caché de l’Etat islamique se répand en Syrie et que des cellules sont en train d’être mises en place au niveau provincial, ce qui reflète ce qui s’est passé depuis 2017 en Irak. Certains membres seniors de l’Etat islamique se sont rendus dans la région d’Idlib.

L’Etat islamique s’adapte et crée les conditions pour son apparition éventuelle dans ses bastions irakien et syrien, où Abou Bakr al-Baghdadi et la plupart des dirigeants de l’Etat islamique sont actuellement en Irak. Pour des raisons de survie, ISIS a accordé la priorité au travail continu de personnalités des combattants syriens et irakiens. La plupart des combattants terroristes étrangers sont considérés par l’Etat islamique comme des personnes peuvent être dispensés.

Malgré sa défaite militaire, ISIS compte toujours un grand nombre de combattants et d’autres partisans en Irak et en Syrie. Il est capable d’opérer librement dans de nombreux endroits et de mener des attaques régulières pour démontrer sa puissance et saper la confiance du public envers les autorités locales dans la perspective de la renaissance, ainsi que pour renforcer la présence des médias.

2- Al-Qaida

Al-Qaïda peut toujours retourner, malgré la santé de son dirigeant, Ayman Mohammed Rabie al-Zawahiri, âgé de 68 ans, et la question de sa succession non résolue. Les groupes alliés à Al-Qaïda sont plus forts que les alliés de ISIS. Les plus grandes concentrations de combattants terroristes étrangers actifs se trouvent à Idlib et en Afghanistan, la plupart d’entre eux alliés à Al-Qaïda, Cependant, le groupe État islamique reste bien plus puissant qu’Al-Qaïda en termes de financement, de présence dans les médias et de son expérience du combat. Aussi que la menace mondiale d’Al-Qaïda reste incertaine, et le groupe ISIS reste la menace la plus urgente pour la sécurité mondiale.

Deuxièmement, les raisons du retour possible des attaques

  1. L’attrait idéologique et les moteurs de l’ascension d’ISIS :

L’attrait idéologique de l’organisation reste élevé, en raison de la fragilité de la situation sécuritaire en Irak et en Syrie et du manque de stabilité,Outre la mauvaise gouvernance, la prévalence de la corruption, la prédominance de la tyrannie et l’intensification de l’autoritarisme, l’absence de pratique démocratique et la propagation de la pauvreté et du chômage, et les conflits sectaires croissants, discussion en baisse sur les solutions politiques, les programmes de développement et de reconstruction et la lutte contre la corruption, ainsi que les interventios étrangères et la lutte des puissances régionales et internationales sur le Moyen-Orient, l’absence d’une solution juste au problème palestinien et les tentatives américano-israéliennes de fragmenter la région et de la reformuler géopolitiquement.

  1. Liquidité de sécurité dans la région :

La région arabe vit toujours dans un état de sécurité et de liquidité politique qui a provoqué l’émergence de l’Etat islamique. Les pays de la région continuent de vivre dans des conditions variables d’instabilité, offrant un environnement de travail approprié à la reprise des activités de l’organisation, en l’absence d’un réel changement des domaines politique, économique et social, ce qui laisse à penser que la menace posée par ISIS et Al-Qaida et d’autres groupes similaires Il n’est pas susceptible de décliner.

  1. Capacités de combat :

La perte de contrôle géographique de ISIS sur le territoire sur lequel le projet de « califat » a été construit en Irak et en Syrie ne peut être considérée comme une défaite, car ISIS est plus fort aujourd’hui qu’il ne l’était à l’époque de l’État islamique d’Irak, qui a hérité d’Al-Qaïda en Mésopotamie.Lorsque les États-Unis se sont retirés d’Irak en 2011, le groupe comptait environ 700 à 1 000 combattants, tandis que le nombre de combattants de l’Etat islamique et de la Syrie en août 2018, selon l’agence de renseignement militaire, était estimé à 30 000. Et près de 30 000 étrangers se sont rendus dans le califat pour se battre, dont beaucoup sont encore en vie, et l’État islamique a pu dissimuler des armes spécifiques grâce à un système complexe de tunnels.

  1. Capacités d’adaptation et de leadership :

Les réalités sur le terrain ont révélé que l’organisation s’adaptait rapidement aux développements sur le terrain et était très flexible en passant d’une approche centralisée à un état décentralisé. Alors que ISIS a été capable de procéder à une restructuration organisationnelle aux niveaux militaire, sécuritaire, administratives, légales et médiatiques.Avec la fin du projet politique de l’organisation en tant que « califat » à la fin de 2017, l’organisation est revenue à son état organisé et a changé de tactique de combat en s’appuyant sur l’approche del’usure et la guerre de guérilla basée sur des groupes dispersés en Irak et en Syrie dans des zones inhabitées, dans des zones de vide sécuritaire, en plus de se positionner comme des cellules dormantes dans les villes.

  1. Capacité de restructuration :

L’apparition de Baghdadi dans une vidéo accompagné de trois de ses adjoints le 29 avril 2019, intitulée “Accueillie par Amir AL Mouminine (commandeur des croyants)”, a marqué l’inauguration d’un deuxième retour dans l’organisation après la restructuration. Et l’approbation des plans militaires pour la reprise d’une “guerre d’usure”.Baghdadi a approuvé la restructuration lors d’un discours prononcé le 28 septembre 2017Intitulé “ton seigneur suffit comme guide et comme soutien”,Il l’a affirmé dans un discours ultérieur intitulé “et fais la bonne annonce aux endurants” en 22 aout 2018, L’organisation a démontré sa capacité à se restructurer et à agir en tant qu’organisation décentralisée. Fonctionne avec la méthode d’autorisation en raison de dispersion de l’organisation.Elle a mis en place un réseau pivot et actualisé dans ses régions éloignées. Avec le temps, cela pourrait avoir un impact sur la régionalisation des agendas de ces réseaux.

  1. Capacités financières :

Depuis la formation de la coalition internationale dirigée par les États-Unis en coopération avec les forces démocratiques irakiennes et syriennes contre ISIS et le début de ses opérations, L’Etat islamique a élaboré des contre-plans pour la prochaine phase de la guerre. La plupart des dirigeants et un grand nombre de combattants se sont retirés dans des lieux sûrs. ISIS a conservé des fonds substantiels et mis en place un réseau mondial de financement, qui a toujours accès aux 50 à 300 millions de dollars restant des revenus du califat.

  1. Capacités médiatiques :

ISIS maintient également sa présence dans les médias, utilisant la propagande pour maintenir sa réputation de marque terroriste mondiale de premier plan par le biais d’une succession virtuelle.

  1. Combattants étrangers et leurs familles :

Les problèmes des combattants terroristes étrangers, de leurs familles, des rapatriés, des expulsés et des « voyageursfrustrés » alimentent le potentiel de nouvelles vagues terroristes et restent sérieux.Il se peut que jusqu’à 30 000 personnes qui se sont rendu au soi-disant « califat » en vie, et leurs aspirations et leurs projets futurs présenteront un intérêt international dans un avenir prévisible. Certains deviendront des leaders ou des défenseurs de l’extrémisme, et d’autres auront peut-être recours à la formation de sous-groupes dans le pays où ils retourneront pour devenir un terrain fertile pour le terrorisme international. Et les familles des combattants terroristes étrangers peuvent constituer une menace si elles ne sont pas correctement traitées, et les pays occidentaux ne sont pas encore prêts à récupérer leurs citoyens qui sont allés en Syrie pour rejoindre l’Etat islamique, et les considèrent comme un risque pour leur sécurité s’ils rentrent chez eux.

  1. Propagation transfrontière :

Selon le Centred’études Stratégiqueet International, le nombre de 30 000 combattants ne comprend pas les combattants de l’Etat islamique dans ses autres branches, qui est très présent en Afghanistan.Le groupe continue de lancer des attaques dans la péninsule égyptienne du Sinaï et maintient sa capacité opérationnelle en Asie du Sud-Est, en Asie centrale et au Yémen. Le continent africain est une arène alternative pour ISIS, qui insiste sur de multiples fronts et sanctuaires, aussi que les réseaux de ISIS, groupes coordonnés, cellules dormantes individuelles et “loups solitaires” continuent de représenter une menace pour l’Amérique et l’Europe. Ou al-Baghdadi a montré les “rapports mensuels” sur les succursales de l’organisation qui sont 12 états.

  1. L’apparition du terrorisme local :

Une autre raison d’attendre le retour de la vague de terrorisme est que les groupes terroristes locaux mèneraient des opérations inspirées par ISIS,Le rapport fournit un exemple à l’appui de cela, car les dirigeants de l’Etat islamique n’avaient pas une connaissance avancée des attaques sanglantes perpétrées contre des églises et des hôtels au Sri Lanka à Pâques.L’attaque était le résultat d’une instigation locale menée par une direction locale inspiré de l’idéologie ISIS. Abu Bakr al-Baghdadi a mentionné les attentats à la bombe comme partie intégrante du renforcement de l’image globale de ISIS après sa défaite militaire.

Troisièmement : l’Europe et la vague potentielle de terrorisme

Le rapport des observateurs spécialisés du Conseil de sécurité des Nations Unies estime que, bien que le nombre d’attaques réussies ait diminué depuis 2015 et 2016, dans lesquelles des extrémistes ont tué des centaines de personnes en France, en Belgique et en Allemagne, mais la menace pour l’Europe “reste élevée’’, et la propagande en ligne encourageant les attaques inspirées par l’État islamique est toujours disponible.ISIS cherche aussi à développer les compétences techniques des attaquants potentiels,Dans certains cas, en publiant des programmes éducatifs en ligne sur la fabrication d’armes chimiques et biologiques artisanales. Cependant, les menaces chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires d’ISIS restent faibles en raison de la complexité de la construction et de la livraison de tels dispositifs sans que les autorités ne les détectent.

Les États membres estiment qu’environ 5 000 à 6 000 combattants terroristes étrangers ont quitté l’Europe pour se rendre dans la zone de conflit en Iraq et en Syrie. 75% d’entre eux ont rejoint ISIS.Le nombre de morts serait compris entre 30 et 40%, 10 à 15% sont toujours détenus dans la région, 10 à 15% ont été transférés et 30 à 40% sont rentrés en Europe.Beaucoup sont toujours portés disparus. Les données sur le nombre d’Européens rentrant des camps de concentration en Irak et en Syrie restent inaccessibles.

Les États sont de plus en plus préoccupés par la possibilité que leurs citoyens lancent des attaques terroristes locaux à la suite des difficultés rencontrées par ISIS pour l’envoi d’agents en Europe.Bien que la plupart des rapatriés aient été déçus par l’échec du projet Califat, beaucoup conservent un point de vue extrême.Les services de sécurité en Europe ont constaté un taux d’attaque perturbé relativement élevé en raison d’un manque d’expérience pratique et de méthodes peu développées d’attaques potentiels.

L’extrémisme des criminels au sein du système pénitentiaire reste une préoccupation sérieuse en Europe, où les prisons offrent une place aux prisonniers souffrant de pauvreté, de marginalisation et de frustration, et la faiblesse dans l’estimation de soi et la violence,Cela les rend vulnérables à l’influence des idéologies radicales. En outre, une partie de la première vague de prisonniers revenant du califat devrait être libérée l’année prochaine. Et les programmes de déradicalisation ne sont pas pleinement efficaces et on craint toujours qu’ils soient bientôt libérés de prison. Les combattants les plus militants purgent des peines plus longues. Ils restent dangereux car ils restent un défi à la fois à l’intérieur et à l’extérieur du régime de sanctions.

Quatrièmement : Conclusion

En bref, il existe une possibilité d’une seconde renaissance d’ISIS, comme le confirme le dernier rapport de ‘’l’US Institute of WarStudies’’, etle rapport des observateurs au Conseil de sécurité des Nations unies et les attentes d’un certain nombre d’analystes et de personnes s’intéressant aux affaires de groupes extrémistes, Ces partis sont favorables au retour de l’organisation et de ses activités, car bon nombre des facteurs fondamentaux qui ont conduit à l’émergence d’ISIS sont toujours existes.Cela donne à penser que la menace émanant d’ISIS et d’Al-Qaïda, ou de groupes similaires, ne devrait pas reculer. Ainsi que les capacités militaires, financières et médiatiques de l’organisation sont encore considérables. L’organisation a démontré une grande capacité à s’adapter, à se restructurer et à agir de manière décentralisée,Il a maintenu sa survie en agissant en tant qu’organisation secrète, ce qui a effectivement contribué au maintien par l’organisation de ses structures organisationnelles, de son efficacité idéologique, de son message de propagande et de ses sources de financement, Cela en fait une menace potentielle.

Mots clés :
Share This